« Juste pour la beauté de la chose !Retro Game Test : Resident Evil sur PlayStation »

Review : Tomb Raider 2013, un Die Hard au féminin

12.03.2013

Review : Tomb Raider 2013, un Die Hard au féminin

Tomb RaiderC'était inattendu, j'ai finalement craqué et acheté le nouveau Tomb Raider, day one (la veille de sortie en fait, prévue officiellement pour le 5 mars), sur Xbox 360, alors que je comptais fermement au moins tester une démo avant de me décider, et ce malgré les premiers tests annonçant un (très) bon jeu.

N'ayant pas noté sa date exacte de sortie, c'est un peu surpris que je l'ai vu en rayonnage en grande surface. Malgré qu'annoncé aussi sur Xbox 360 et PC dans l'étiquetage des prix, seules des copies PS3 restaient, apparemment en plus grand nombre. Du coup, obligé de le prendre chez Micromania, à la sortie du magasin, à 5€ plus cher ; le vendeur me confirme que c'est la version PS3 qui se vend le plus.

Voilà comment on passe de la réticence de vieux singe, à l'achat compulsif ! Vive la volonté :laugh:

Apparemment, il existe plusieurs éditions du jeu (ce que j'ignorais jusqu'au moment de le déballer), en fonction du contenu de la boîte et des DLC gratuits inclus (essentiellement pour le multi-joueurs et pour faciliter la vie en solo) : l'édition "Survival", l'édition "Combat Strike", l'édition "Collector", et l'édition Explorateur, qu'on ne trouve que chez Micromania ; une exclusivité qui a donc un certain prix, et ce malgré la présence d'un défi tombeau, l'édition "Combat Strike" étant juste 15€ moins chère chez FNAC par exemple...

Je ne trouve cependant le temps de le tester que le surlendemain, et... comment dire...


C'est juste excellent !! :mrgreen:


L'histoire

Lara Croft, 21 ans, tout juste diplômée de ses études d'archéologie, fait ses premiers pas en tant qu'archéologue et part à la recherche d'une ancienne civilisation japonaise, le Yamatai, vouant un culte à la Reine solaire, perdue sur une île mystérieuse dans le Triangle du Dragon.
Accompagnée d'une équipe de curieux, dont son amie Samantha, aux origines nippones apparemment liées à cette civilisation, le bateau de notre aventurière-en-devenir, le mal nommé Endurance, essuie une étrange tempête et s'échoue sur les côtes de l'île, dans un triste état.
S'échappant de justesse du naufrage, Lara parvient à gagner la rive, où elle retrouve l'équipage en prise à des assaillants sortis de nulle part, et se fait assommer...

Notre héroïne se réveille alors la tête en bas, pendue comme un jambon, dans une caverne pour le moins morbide...


Si ce bref synopsis se voit résumer dans une courte vidéo d'introduction, l'intrigue est évidemment largement développée ingame, par le biais de "journaux de bord" et d'astucieuses vidéos, faisant office de flashbacks, enregistrées avec le camescope de Sam. On apparendra à mieux connaître les différents personnages, les raisons de leur présence dans l'expédition, les liens qui les unissent, etc. Comme ça a été dit plus ou moins clairement, il s'agit bel et bien d'un reboot, à l'instar de Casino Royale pour la saga James Bond, qui ne se contente pas de raconter la jeunesse de Lara Croft (ce que faisait déjà Tomb Raider Legend), mais qui aborde le personnage sous un nouvel angle ; finie la riche héritière archi sûr d'elle et sur-humaine, ici c'est une Lara naïve et innocente, qui va en chier (et pas qu'un peu) !...

Bien que l'histoire semble peu originale, elle est d'une grande efficacité et a l'avantage de proposer une bonne toile de fond pour planter un décor accrocheur et des péripéties rocambolesques ! En avançant dans le jeu, on se rend compte que mêler le mythe du Triangle des Bermudes, avec une secte adoratrice des sacrifices humains, sur fond de civilisation nipponne disparue (un clin d'oeil probable au rachat d'Eidos par Square-Enix), fonctionne du tonnerre ! On ne peut s'empêcher de penser à la série Lost , mais aussi à King Kong, dont Carl Denham semble avoir inspiré le personnage du docteur Withman.

Cimetière de bateaux de toutes époques

...

Level Design

Les environnements sont juste incroyables, à la fois magnifiques et dérangeants, parfois vraiment très glauques ; l'île apparaît comme ayant plusieurs visages, son design général est d'excellente facture en soit, et offre un terrain de jeux exceptionnel. Mixer le Japon médiéval, les bidonvilles, et les structures bétonnées, ça peut étonner, mais ça marche à merveille et donne des décors assez insolites et originaux.
D'une certaine façon, on se croirait en plein Waterworld, avec toutes ces constructions corrodées, faites de récupération à partir des navires échoués sur l'île, et l'intérieur des terres, ces hauteurs sauvage et authentiques, très venteuses, qui rappellent un peu "dryland".

Un téléphérique conçu avec un bout de navire, fallait y penser !

Artistiquement, le jeu est une réussite indéniable, le level design est juste dément ; je ne peux m'empêcher de penser aux temps que l'équipe a dû passer à sa conception !

Si au départ l'impression de jouer dans un énorme couloir se fait sentir, et ce même si certains passages semblent plus ou moins ouverts, le chemin reste tracé et le champ d'action réduit. La très bonne surprise, c'est quand toute la 3ème partie du jeu (à 25% de l'avancée), le village de montagne s'ouvre en un immense "open-space" (un "hub" comme ils disent dans les interviews), avec une profondeur de champ incroyable, et que tous ces passages se retrouvent liés, incluant des changements notables (à commencer par le passage de la nuit au jour).
Il en sera de même pour plusieurs autres endroits de l'île, comme le bidonville, où on a tendance à se perdre au départ, ou pour la plage-cimetière.

Le village de montagne, le premier gros hub du jeu

L'ensemble du jeu propose une replay value non négligeable, grâce aux améliorations, qui rendent les déplacements libres et plus funs, et aux différents défis planqués un peu partout ; le jeu fait vraiment la part belle à l'exploration, qui se fait non sans aide, grâce à la carte et à la touche d'instinct de survie, révélant les emplacements des différents objets cachés. Si la recherche peu paraître simplifiée, la réflexion pour accéder à certains endroits ne l'est pas pour autant...
On peut même compter sur la présences de quelques ennemis, revenus, pour mettre un peu de piquant...


Une grosse interrogation qui pouvait subsister était "est-ce que vous avez prévu de mettre des tombes dans votre Tomb Raider ?" ; et bien oui, il y a bel et bien des tombeaux, et des reliques dissimulés partout sur l'île. La pièce maîtresse est constituée du monastère au centre de l'île, cerné par les vents, et renfermant la tombe de la Reine solaire. D'autres tombeaux, facultatifs, parsèment aussi l'île, et proposeront les principales énigmes du jeu. La visite de ces derniers n'est évidemment pas inutile, puisque la découverte de trésors permettra d'obtenir des ressources pour booster Lara.

En parlant des énigmes, elles sont relativement peu compliquées, reposant la plupart du temps sur de la physique et de la logique basique, que sur de véritables puzzles et mécanismes tordus, comme ça pouvait être le cas dans les opus précédents. On peut cependant apprécier que les développeurs aient su se renouveler, et rester cohérents, en faisant appel notamment à deux éléments présents sur l'île : le feu et le vent.

Un tombeau facultatif


Graphismes

Graphiquement, le jeu tient largement la route, pour de la console actuelle ; c'est beau dans l'ensemble, passée l'esthétique propre au jeu, même s'il faut toujours compter sur un côté assez crénelé, et ne pas regarder les textures et décors organiques de trop près. On pourra probablement difficilement faire mieux sur cette génération de consoles.
On peut compter cependant sur de magnifiques effets de lumière (certains couchés de soleil sont saisissants !), sur une très bonne physique du moteur, le rendu du feu très réussi, et sur une animation quasi sans faille de l'héroïne ; je dis "quasi", car sa natte reste toujours son point faible... J'adore les petits détails auxquels ont pensé les animateurs, par exemple lorsque Lara longe un mur, et qu'elle pose sa main dessus pour se maintenir à distance !

Malgré quelques petits défauts et bugs (problèmes d'éclairage constatés sur le bunker, à la nuit tombée), ça reste très convaincant et agréable à l'oeil.


La version PC, quant à elle, semble s'en tirer encore mieux, même sur des cartes graphiques vieillissantes, avec de meilleurs graphismes, des textures affinées bien sûr, l'antialiasing, mais aussi avec quelques fonctions supplémentaires, comme la technologie TressFX d'AMD (cartes récentes uniquement), qui donne un rendu des cheveux, de la natte en l'occurrence, assez bluffant !

Une technologie, parmi d'autres causes, qui semble d'ailleurs poser problème aux possesseurs de cartes nVidia, enchaînant plantages et saccades dans le jeu... Un patch du fondeur, mais aussi un du développeur, sont apparemment très attendus.


Gameplay

Ayant particulièrement apprécié la trilogie Tomb Raider de Crystal Dynamics (Anniversary / Legend / Underworld), on ne peut pas dire que la communication avant la sortie du jeu était pour me rassurer, je ne me voyais pas du tout en territoire connu, surtout que je n'avais absolument fait aucun jeu d'aventure ou TPS récent à la Uncharted ou à la Gears of War ; et c'est ce qui me rendait réticent au départ...
Des QTE à gogo (moi qui ne suis pas fan de Shenmue pour un sou) et des mécaniques de gameplay à base d'action et de couverture, on ne peut pas dire que ça m'enchantait vraiment.

En définitive, le gameplay mélange habillement ces nouveautés (bien que les QTE, en grand nombre ici, ne soient pas nouveaux dans la série) à une jouabilité plus classique, orientée exploration. Le jeu propose finalement un excellent dosage entre ces 3 approches de jouabilité, servant grandement le rythme et la narration, sans pour autant faire trop d'ombre à ce qui fait la patte de Tomb Raider ; les QTE évitent au joueur d'être complètement passif lors des nombreuses cutscenes et de rompre l'immersion (en général je ne suis pas fan, mais pour le coup ça fonctionne bien), tandis que les scènes d'action assez intenses et souvent jubilatoires, notamment grâce à un arsenal ergonomique et fun à employer (l'arc, l'arme signature de ce reboot, est franchement jouissif), dynamisent l'exploration. Plus je joue, et plus j'ai les sensations d'un bon Die Hard en jeu vidéo, de nombreux codes de la saga étant ici présents, surtout quand j'arpente lentement l'île, mon fusil à l'épaule, prêt à défourailler sur le premier solarii qui se présentera... B)

La bonne idée aussi est de n'afficher aucun HUD lors des phases d'exploration, contribuant toujours plus à l'immersion du joueur.


En terme de maniabilité pure, Lara répond au doigt et à l'oeil, et apparait bien plus énergique que précédemment. Tout est beaucoup plus fluide et dynamique, c'est un véritable régal de diriger la belle. L'équipe de développement annonçait avoir fourni un effort particulier sur ce point, avoir dérouillé la maniabilité, et ça se sent vraiment !
Quelques subtilités, non indiquées par le jeu, peuvent même être découvertes, comme l'amortissement des sauts assez hauts par une roulade, ou l'escalade accélérée en alternant le bouton de saut et le piolet.

La caméra quant à elle, est plutôt bonne, pas de gros problème à signaler, sauf peut-être quelques fois où elle se place derrière une branche ou des feuilles tandis qu'on vise un ennemi ou qu'on cherche dans les hauteurs. Sa liberté est parfois limitée aussi lors de passages précis ; elle respecte le champ d'orientation de la tête de Lara d'une certaine façon.
Pour le reste, ses placements lors des phrases de QTE, des cutscenes, voire lors de certaines actions, sont justes impeccables.

Les passages en tyrolienne font partie des points forts

Finalement, parmi les regrets que l'on pourrait avoir vis-à-vis du gameplay, c'est surtout celui de la mise au second plan de l'aspect survie, renvoyant la chasse qu'à une simple source d'EXP et de matériaux ; difficile de voir si la chasse a une quelconque influence sur le niveau de fatigue corporelle de Lara.
Puis peut-être aussi que les énigmes soient trop simples et que le terrain soit trop balisé, par de la peinture blanche en l'occurrence.


Son

Comme tout bon Tomb Raider qui se respecte, la musique se fait discrète et ne survient que lors de phases précises, permettant ainsi de profiter pleinement de l'univers sonore très riche et immersif du jeu. Jouer au casque ou, pour les chanceux, avec un équipement home cinema, finit de sublimer l'expérience et d'ajouter à l'immersion.
Une immersion tellement bonne, qu'on est aussi essoufflé que le personnage, qui morfle sévère et ne se ménage pas, ou qu'on en vient à détester marcher dans la merde tellement nos chaussures sont imprégnées et produisent un bruit dégoutant, et familièrement désagréable ("splotch splotch")...

Un truc qui fâche en revanche dans cette version Xbox, en plus du français, c'est la présence de l'allemand, au détriment de la VO en anglais... Bien que la VF soit très bonne, et que l'actrice Alice David réussisse parfaitement à s'approprier le personnage (difficile de passer après notre Françoise Cadol adorée), la présence de la VO est toujours appréciable.


Durée de vie

En terme de durée de vie, hors multi-joueurs bien entendu, elle est très honorable ; comptez au moins 15h en avançant sans trop perde de temps (et dans ce cas, vous finirez le jeu sans avoir toutes les compétences et les armes améliorées aux max), et largement plus de 30h si vous êtes un explorateur dans l'âme et que vous cherchez à compléter les améliorations et les niveaux à 100% !

Le monastère du Yumatai


Conclusion

L'intro a déjà annoncé la couleur, j'ai vraiment apprécié ce nouveau Tomb Raider, qui offre finalement ce que je n'osais espérer dans une suite. Une très bonne surprise en fin de comptes, Crystal Dynamics démontre une fois de plus qu'il est le studio de la situation et qu'il a bien cerné ce qui plait dans la franchise. Réaliser un excellent jeu, qui trouve en plus le moyen de se renouveler, sans trahir les fans, ce n'est pas donné à tout le monde !

Il suffit de voir l'enthousiasme général (sauf quelques rares blasés) pour comprendre que ce jeu est une réussite et fera date, et c'est sans trop de surprise qu'un reboot au cinéma, dans la même veine, est actuellement à l'étude.


Vivement la suite ! (qui sera probablement sur la prochaine génération de consoles)

tags : tomb raider lara croft xbox 360 pc ps3 reboot remake review critique avis test

Print this pagePermalienPermalien • 2786 vues

2 commentaires

Commentaire de: Man-Jimaru [Visiteur] Email
Man-JimaruJ'ai enboîté le pas aussi mais sur PC avec une carte Nvidia pour parfaire la chose ^^ Enfin avec la mise à jour des drivers tout est nickel et vraiment magnifique !
21.03.2013 @ 13:57
Commentaire de: iGREKKESS [Membre] Email
iGREKKESSOk, donc ça confirme que ce premier "jet" améliore grandement les choses pour les utilisateurs de GeForce &#59;)
22.03.2013 @ 00:03
Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Rechercher

Image aléatoire

Gazouillis

Pub-Pub

Statistiques

Ce blog propose 301 billets, et a reçu 953 commenaires, sur une période comprise entre le 11.06.2005 et le 21.10.2018. Le nombre total de mots sur l'ensemble des billets est de 158,149, et le nombre total de vues est de 1,197,273.

TOP : nombre de vues

Flux XML

multiblog